Q&A AOPOA : San’tok.yāi

Questions et réponses sur le nouveau vaisseau Xi’an le Santok.yāi

Voici la traduction des questions et réponses sur le nouveau vaisseau Xi’an de Star Citizen le Santok.yāi qui nous a été présenté lors des ventes anniversaire 2018.

Que peuvent faire les San’tok.yāi que les Khartu-al ne peuvent pas et vice versa ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Quelles sont les principales différences ?

le Khartu-al sert principalement de chasseur léger, d’éclaireur et de tirailleur, tandis que le San’tok.yāi est un combattant moyen et un combattant direct.
Tout comme l’UEE Military, l’armée Xi’an emploie différents types de combattants dotés de forces et de performances différentes.
La comparaison entre un Khartu-al et un San’tok.yāi est similaire à celle d’un Gladius et d’un Hornet : l’un met l’accent sur la puissance de feu et l’autre sur la vitesse et l’agilité. Le Khartu-al est plus rapide, accélère plus vite et est encore plus réactif que le San’tok.yāi, en raison notamment de sa masse réduite et de son arsenal plus léger.
Cependant, le San’tok.yāi porte beaucoup plus d’armes. Cela dit, les Khartu-al et les San’tok.yāi sont tous deux des modèles Xi’an. Ils se distinguent des autres combattants par la manœuvrabilité exceptionnelle qui leur est offerte par leurs appareils de manœuvre distinctifs. Le San’tok.yāi est une cible difficile entre les mains d’un pilote compétent, connaissant parfaitement les capacités du vaisseau. Le Khartu-al, encore plus.

Est-ce un vrai vaisseau militaire de Xi’an ou une exportation civile ?

Semblable au Khartu-al, le San’tok.yāi est une version civile du vaisseau militaire Xi’an conçu pour l’exportation et la vente sur le marché des humains. Comme le Khartu-al, le San’tok.yāi est une exportation originale d’un produit Xi’an par Aopoa, il ne s’agit pas d’une réplique, une reconstruction ou un produit de rétro-ingénierie.

Comment ce vaisseau gère-t-il sa maniabilité ?

En ce qui concerne la manœuvrabilité, le San’tok.yāi est l’un des vaisseaux les plus performants de sa taille et de sa classe de poids. Dans ce cas, le point de comparaison approprié est celui des autres chasseurs moyens, tels que le Hornet ou le Sabre. La conception des vaisseaux de chasse Xi’an s’articule autour de la configuration unique de leurs propulseurs, qui sont très articulés. Par rapport à la configuration typique du propulseur humain, qui repose sur un ou plusieurs propulseurs fixes principaux avec un mouvement de lacet, un tangage et un roulis fournis par de petits propulseurs de manœuvre supplémentaires, l’approche Xi’an offre des capacités de mouvement de manœuvre et une accélération latérale supérieures. La capacité à fournir les performances du moteur principal sur plusieurs axes offre également d’autres avantages. Par exemple, de nombreux vaisseaux ont une endurance VTOL (Décollage et atterrissage vertical) définie ou exercent une usure importante sur leurs propulseurs de manœuvre lorsqu’ils sont engagés en VTOL. Les combattants Xi’an, comme le San’tok.yāi, ne remarquent presque jamais une telle activité, qui leur est presque aussi naturelle qu’un vol linéaire.

La technologie Xi’an qui introduit cette nouvelle fonctionnalité de manoeuvrabilité sera-t-elle appliquée à d’autres engins ?

Théoriquement, c’est possible, mais cela restera probablement exclusif aux Xi’an. Bien que la technologie des propulseurs Xi’an joue un grand rôle dans la mise en place de cette capacité de vol à neutralisation unique, la conception globale de l’ensemble du fuselage et de l’infrastructure électrique font également partie intégrante, tout comme les articulations et de renforts, nécessaires pour l’utiliser au maximum.
Ce n’est pas quelque chose qui peut être efficacement adapté aux vaisseaux qui ne sont pas conçus autour d’origine. De plus, l’agencement structural résultant, avec les propulseurs principaux situés à l’extérieur du fuselage principal du vaisseau et des articulations pouvant être exposés à de multiples angles, est moins durable sous le feu que les conceptions humaines contemporaines en «brique». Les ingénieurs Xi’an rendent leurs chasseurs aussi solides et durables que possible sans compromettre les autres capacités du vaisseau, mais cela nécessite de prendre en compte ces exigences dès le départ. Tenter de moderniser une plate-forme de propulseur Xi’an sur un vaisseau qui n’a pas été conçu pour dès le départ donnerait lieu à quelque chose de tout à fait irréel.

Est-ce un vaisseau commun dans l’empire Xi’an ?

San’tok.yāi, combattant moyen principal de l’arsenal de l’empire Xi’an, est un spectacle aussi courant dans l’espace Xi’an que le serait un Hornet ou un Sabre dans l’espace de l’UEE. Il sert en évidence dans la flotte Xi’an et peut également servir occasionnellement aux forces de sécurité civiles de certaines des plus puissantes maisons des Xi’an.

Sommes-nous en train d’obtenir des armes Xi’an ? Des missiles peut-être?

Le répéteur laser Yeng’tu S3 (nom complet : Aoō’nu se T.or’al Ro’thli Yeng’tu) fourni avec le San’tok.yāi est fabriqué par Torral Aggregate et utilise la technologie Xi’an pour fournir une cadence de tir plus élevée que les répéteurs lasers traditionnels de taille comparable, fabriqués par l’homme. Bien que puissant, la conception qui produit cette augmentation de la cadence de tir se fait au détriment d’un seuil de chaleur maximum plus bas, ce qui réduit la durée de tir en rafale avant la surchauffe.

Les vaisseaux Xi’an auront-ils leur propre style d’interface utilisateur ? (Ils utilisent actuellement l’interface utilisateur VNCL (VaNduul CLans))

Oui, comme indiqué ci-dessus, ils utilisent actuellement une interface utilisateur de vaisseau Vanduul colorisée en tant que remplaçant temporaire. Nous prévoyons à l’avenir de faire en sorte que tous les modèles fabricants des mondes hors UEE aient une interface utilisateur différente.

Le navire aura-t-il une voix d’ordinateur de bord de marque Xi’an ? Si oui, serons-nous en mesure de basculer entre l’anglais et le Xi’an ?

C’est certainement une idée intéressante et bien que nous prévoyons d’enregistrer de nouveaux sons dans le poste de pilotage pour tous les navires extraterrestres. Nous n’avions pas prévu de les reproduire dans des langues étrangères, en supposant que la version d’exportation du chasseur utiliserait un langage humain. Maintenant que vous en parlez, nous allons essayer de jauger l’intérêt de cette fonctionnalité.

En termes de capacité de combat, comment se compare-t-il à des navires comme l’Anvil Super Hornet ou l’Aegis Sabre?

Le San’tok.yāi se situe dans la même classe de poids moyen de chasse que le Super Hornet et le Sabre, il a donc été conçu pour être compétitif avec eux. Comme indiqué ci-dessus, la conception du San’tok.yāi le rend moins résistant aux dommages que l’un ou l’autre de ces deux derniers, et sa charge en armes est plus légère.

Quelles commodités les pilotes trouveront-ils à bord du vaisseau ?

Le San’tok.yāi est un combattant moyen militaire, par conséquent, même si sa manœuvrabilité et sa puissance de feu sont importantes, il n’est pas orienté vers le confort – de la même manière que les autres combattants militaires moyens. Si vous recherchez un espace de chargement, de stockage, ou de vie, vous ne le trouverez pas ici ; Mais ensuite, si vous concevez un vaisseau spécifiquement pour affronter les Super Hornet et les Sabre, vous feriez mieux de garder en tête qu’il doit être dédié au combat !

Retrouvez l'article sur les ventes anniversaire